Banniere-Iles-Mareau

Projets pluridisciplinaires BioMareau

Projets pluridisciplinaires BioMareau

Les îles de Mareau-aux-Prés : un laboratoire Grandeur nature de la biodiversité ligérienne

Une opportunité : septembre 2012 ; de gros travaux d’entretien lourd du lit de la Loire sur un des quatre îlots du complexe des îles de Mareau-aux-Prés (45) par les services de l'état ;
Des conséquences : un nouvel îlot vierge réapparait au printemps 2013 ;
Des objectifs : étudier et mesurer la reconquête de la biodiversité sur cet nouvel îlot, en comparaison des îlots non impactés.

Le projet BioMareau-I 2012-2015

Conséquences des travaux d'entretien du lit de la Loire sur plusieurs composantes de la biodiversité

Le projet BioMareau-I s'est concentré sur la mosaïque des îles de Mareau-aux-Prés (45), située sur la Loire, soit une surface de 13 hectares. L’objectif du projet a été de mesurer les effets de travaux d'entretien du lit du fleuve sur quatre composantes représentatives et interconnectées de la biodiversité ligérienne : flore vasculaire, insectes coléoptères Carabidae, oiseaux des grèves et castor d’Europe.

Le projet BioMareau-II  2016-2019

Dynamique de recolonisation de la biodiversité après travaux d’entretien du lit de la Loire

Le projet BioMareau-II fait suite au projet BioMareau-I. Les études ont été menées sur la Loire, véritable corridor écologique qui traverse la région Centre-Val de Loire.  Les écosystèmes  façonnés  par  la  dynamique  fluviale  mais aussi les activités humaines en  font  une  originalité  du point  de  vue  écologique  et  identité  paysagère.
Outre les îles de Mareau-aux-Prés (45), le projet a étendu certaines observations à 158 points d’inventaire tout au long de la Loire moyenne, entre le Bec d’Allier et le Bec de Vienne, pour tenter de comparer les résultats observés à Mareau-aux-Prés sur d’autres sites aux caractéristiques similaires. Un nouveau compartiment de biodiversité a été rajouté : les bryophytes.

Logo-GB

BioMareau-II est structuré en quatre volets complémentaires :

  • Le projet s'est focalisé sur le fonctionnement hydrosédimentaire des îles de Mareau-aux-Prés avec des mesures bathymétrique, courantométrique et granulométrique, et des travaux de modélisation écologique.
  • Les recherches ont également porté sur la dynamique de la recolonisation par la biodiversité sur le site de Mareau-aux-Prés et d’autres sites ligériens impactés par les travaux. Les mesures concernent la flore herbacée, ligneuse et bryologique, l’entomofaune, l’avifaune nicheuse des grèves et le castor d’Europe.
  • De plus, le projet a étudié des composantes du paysage et la perception qu’ont les différents acteurs agissant ou fréquentant le site des travaux.
  • Enfin, il a comporté une partie coordination et valorisation auprès des gestionnaires ligériens mais également via des actions de culture scientifique et technique.